.

BPCO



Revenue de vacances fin août 1990 très fatiguée, mon médecin m'a envoyé passer toute une batterie d'examens, radios, scanners, multiples prises de sang, analyses d'urine multiples, cardiologue, test d'effort, tout cela sur plusieurs mois, et enfin au mois d'avril 1991, il a pensé au bilan gazeux, qui s'est révélé très négatif.

J'ai consulté dans la foulée un pneumologue, qui m'a prescrit après les EFR (Explorations Fonctionnelles Respiratoires) 18 h d'oxygène par jour. Mon premier réflexe a été de refuser ce traitement que je trouvais trop lourd puisque je me voyais attachée à un fil et que je ne pouvais plus faire ce que je voulais. J'étais encore en activité en région parisienne.

Nous sommes partis à la campagne en septembre 1992, mais mon état s'est dégradé petit à petit, j'étais extrêmement fatiguée et tous les efforts me coutaient, même parler m'épuisait. Mars 1996, j'ai de nouveau été hospitalisée et là, mise au pied du mur, je devais avoir pour dormir un appareil de VNI (Ventilation Non Invasive), et avec de l'oxygène, cela que la nuit.

Fin d'année 2000, m'étant occupée d'une personne gravement malade, le 2 Janvier 2001, je me suis retrouvée transportée par le Samu au CHU de Nantes, car je faisais une grosse décompensation. Je suis sortie après quelques semaines avec de l'oxygène prescrite 24/24h.

J'ai très mal vécu cette période car, étant très fatiguée, je ne pouvais pas beaucoup sortir de la maison, et mon moral en avait pris un bon coup. Mais j'ai remonté la pente et me trouvant un peu mieux, le pneumologue a diminué le nombre d'heures d'oxygène.

Mais malheureusement pour moi, en juillet 2008 j'ai été de nouveau hospitalisée, 3 semaines à Besançon, pour une grave pneumonie. Depuis je suis avec de l'oxygène continuellement, car mon état s'est aggravé.

Cela ne m'empêche pas de sortir faire mes courses dans les grands magasins, de conduire ma voiture, mais il faut quand même choisir son temps, et faire cela à notre vitesse, car c'est vrai que parfois j'ai l'impression de vivre comme les escargots.

Actuellement, j'ai un petit espoir dans le fait que je vais passer des examens très prochainement en vue d'avoir une transplantation bi-pulmonaire, ce qui changerais complètement ma vie.

G.S. 21 Décembre 2010

Reproduction interdite sans l’accord express de l’auteur






Caramel la mascotte de JAD'A.I.R.
vous remercie de votre visite
sur le site, à bientôt.